La première machine à laver hybride de la vallée

LE DECOLLETAGE & industrie N° 269
L’actu de la vallée de l’Arve

L’entreprise Lathuile-Hudry basée à Marnaz innove dans le lavage de pièces de décolletage.
Les équipes de Pierre Lathuile viennent d’installer la première machine à laver qui couple alcool et lessive.
Une particularité qui en fait la première machine à laver hybride de la vallée de l’Arve.

UN ACCOMPAGNEMENT SUR MESURE

Pour se munir de la machine à laver hybride, les dirigeants ont été suivis par le Cetim qui a monté le dossier. L’agence de l’eau a apporté 15 000 euros d’aides pour un coût de 185 000 euros de machine hors accessoires ergonomiques et autres chariots. La machine peut laver 4 paniers Novel en même temps. Le cycle alcool dure 13 minutes et le cycle lessiviel 20 minutes. Il est possible de procéder au lavage alcool seul, alcool et lessive ou alcool et antirouille.

Renouveler l’ancienne machine

La motivation part de la volonté de changer. « On commençait à avoir beaucoup de problèmes de maintenance, on avait des problèmes environnementaux et techniques. Cette machine apporte plusieurs solutions pour livrer un produit plus adapté aux besoins de nos clients. Ils ne se satisfont plus d’une pièce apparemment propre, elle doit être réellement propre, ils ont une exigence sur le niveau de propreté tel le médical ou l’automobile », confie Pierre Lathuile qui espère que l’appareil aura une durée de vie de vingt ans.

Recherche de la brillance

« Elle est faite pour laver des pièces au solvant et de temps en temps un quart de ses cycles avec un process mixte, parce que le client en a la nécessité sur son cahier des charges », explique Christophe Iatropoulos de la société iFP, constructeur de la machine.
La lessive adjointe au solvant permet d’avoir des pièces sans tache et brillantes. Aujourd’hui des clients regardent d’abord la brillance à la réception avant la conformité des pièces. « La brillance c’est toujours mieux au niveau de l’aspect mais ce qui nous intéresse chez Stäubli, c’est le degré de propreté d’une pièce car qu’est-ce que ça veut dire une pièce propre ? », se demande Bruno Zennaro.

Visite chez des confrères

Mélanie Ballaloud et Daniel Frossard se sont rendus dans quelques entreprises « pour nous inspirer et trouver la solution adaptée pour bien dégraisser les pièces et les rendre brillantes », partage Daniel. « Le nettoyage à l’alcool c’est 90% des lavages mais pour des besoins spécifiques nous utilisons une lessive qui ne mousse pas, celle de NGL », ajoute Mélanie. « Elle est très bien et quand on a trouvé la bonne il ne faut pas la changer », assure Fabien Fernandez de chez Bourgeaux et fils venu avec des confrères voir la machine en ce jour de remerciements des décolleteurs qui ont soutenu le projet.

JENNY BARDELAYE

Téléchargez l’intégralité de l’article pdf