KP Hybrid, la machine à laver deux en un

MACHINES PRODUCTION n°1074
2 septembre 2019

En optant pour une machine capable de laver à l’alcool et au lessiviel, la PME Lathuille Hudry a trouvé le concept le plus adéquat à sa problématique.

Au centre, Christophe latropoulos, gérant de l’entreprise C-Maj, distributeur des machines à laver italiennes lFP Europe. lei, chez le décolleteur Lathuille Hudry, le 24 juin à Marnaz (Haute-Savoie).

Nous avons atteint nos objectifs, notre projet est cloturé et nous tenions à organiser cette réception pour remercier tous nos partenaires. » C’est en ces mots que Didier Lathuille, président de l’entreprise d’usinage de précision et de décolletage Lathuille Hudry, à Marnaz (Haute-Savoie), a ac­cueilli, le 24 juin dernier, l’ensemble de ses partenaires. Le projet ? Changer l’ancienne machine de lavage pour un dispositif à la fois plus performant tout en respectant davantage l’envi­ronnement. « Quand nous avons sorti notre ancienne machine au perchlo­réthylène, acquise en 1997, nous nous sommes dits qu’il était vraiment temps de la changer », se souviennent Didier et son onde Pierre Lathuille, dont le projet a pris 18 mois, avec un accom­pagnement du Cetim Cluses (ex-Ce­tim-Ctdec).
« L’idée étant que la technologie puisse nous apporter une plus-value en termes de lavage, de propreté des pièces, par rapport aux exigences du métier et aux attentes de nos clients. Et qui utilise des produits respectueux de l’environnement, et ne laisse aucun résidu de lavage », décrit Didier La­thuille.
Le choix s’est donc porté sur une machine italienne, hybride, combi­nant les procédés solvant et lessiviel. Premier modèle vendu en France, la KP Hybrid d’IFP Europe est distri­buée en France par le spécialiste des installations de nettoyage C-Maj.

« On ne savait pas que l’on allait choisir cette technologie-là »

Daniel et Mélanie sont les deux sa­lariés ayant participé au projet. « On ne savait pas que l’on allait choisir cette technologie-là, reconnaissent-ils. En fait, nous avions du mal à nous déci­der entre le lessiviel et l’alcool modijìé, avant que nous prenions connaissance qu’une machine hybride de cette capa­cité existait sur le marché. »
Et à Daniel de citer un cas concret sur des pièces en aluminium, qui su­bissaient ensuite un traitement de surface, lequel pouvait révéler tous les défauts de lavage, comme la pré­sence de taches dues aux huiles so­lubles.
Christophe Iatropoulos, qui di­rige C-Maj, ajoute : « L’huile soluble contient des minéraux qui peuvent laisser des traces sur les pièces et qui ne partent ensuite qu’avec un procédé lessiviel. » Dans le cadre du projet de Lathuille Hudry, l’entreprise de Samois­sur-Seine (Seine-et-Marne) s’est ap­puyée sur sa filiale Unics, dédiée à la maintenance d’installations de lavage et la fourniture de pièces de rechange, implantée à Thyez, tout près de Mar­naz, dans la vallée de l’Arve.
« Dans certains cas, le solvant n’al­lait pas assez loin en termes de bril­lance, c’est la raison pour laquelle il nous fallait aussi une solution lessi­vielle, souligne Daniel. Ainsi, la machine d’IFP nous permet de bénéficier des avantages des deux. » 90o/o des pièces du décolleteur marnerot sont traités avec de l’alcool, mais pour les lOo/o restant, il fallait un autre produit de nettoyage. « Nous nous sommes rendu compte que l’un avait les avan­tages que l’autre n’avait pas, et inverse­ment. Le concept hybride était alors la solution idéale pour nous », enchaine Didier Lathuille.

Quatre paniers au lieu de deux

« Avec le perchloréthylène, nous avions un process aux alentours de sept minutes, décrit Daniel. Nous étions conscients que nous allions aug­menter les temps de cycle, avec treize minutes pour l’alcool et vingt minutes pour le lessiviel. Sauf qu’avec notre précédente machine, nous ne pouvions laver que deux paniers à la fois, contre quatre avec la KP 100 d’IFP. »
Le produit lessiviel employé est le Decospray TM du Suisse NGL Clea­ning Technology. Utilisable sur tous les métaux, c’est un produit non moussant, qui favorise le relargage des huiles minérales et entières, selon le spécialiste des produits chimiques, principalement en base aqueuse, pour le nettoyage interopération, la préparation de surface, le decoating et le traitement des eaux en milieu in­dustrie!.
Quant au solvant utilisé, il s’agit d’un alcool modifié, le Dowclene 1601, non étiqueté, fourni par Inustry Vallier, à Marignier. « Un solvant efficace sur les huiles et les graisses grace à son groupe lipophile », affirme son distributeur. Un produit parfaite­ment adapté au nettoyage des huiles de rodage, huiles de décolletage ainsi que sur les métaux frittés. « Il a été développé pour etre utilisé dans les équipements de nettoyage hermétiques sous vide », souligne Industry Vallier, qui a également équipé la machine de lavage d’un système Safe-Tainer. Chez Lathuille Hudry, la charge quo­tidienne est de l’ordre de 80 paniers Novel.

Une machine polyvalente

Le modèle KP Hybrid d’IFP Europe se distingue par l’utilisation combinée d’une solution lessivielle et d’alcool modifié, particulièrement efficace contre les salissures à la fois organiques et inorganiques. Une machine conçue en ltalie pour répondre à un besoin bien connu des entreprises qui usinent des pièces en laiton ou en aluminium, car elles rencontrent bien souvent des difficultés à éliminer les traces blanches d’huile soluble séchée sur leurs pièces. Ainsi, en combinant le solvant et le lessiviel, IFP Europe permet de résoudre ce problème et d’obtenir des pièces avec « une bril/ance incomparable », selon C-Maj, son distributeur en France.
Avec la KP Hybrid, l’utilisateur peut choisir son mode de lavage, selon le type de contamination. Il aura la possibilité de sélectionner un cycle au solvant uniquement, pour les pièces usinées en huile entière ou un cycle mixte: lessiviel + rinçage + solvant, pour parfaire le dégraissage des pièces usinées en soluble. Un cycle solvant + lessiviel intermédiaire + séchage solvant peut également etre réalisé pour les cas les plus difficiles.

Téléchargez l’intégralité de l’article pdf